Catégories
Général/General

Exprimer ses émotions dans une langue étrangère / To express emotions in a foreign language

Quand il s’agit d’apprendre une langue et surtout de sa maîtrise, le sujet revient souvent : est-il possible de parler une langue étrangère au point de pouvoir exprimer des émotions sans problème ? C’est une question que je me posais également. Mais avec quelques années d’expérience, parfois profonde dans certaines langues, je me suis fait mon avis sur la question. Bien sûr, il ne part que de mon expérience personnelle et inter-personnelle, mais aussi d’observations, en tant que participant direct ou en tant que simple observateur.

When it comes to learning a language and especially when it comes to its mastery, the subject is back often: is it possible to speak a foreign language at the point of being able to express emotions without any problem? It is a question I asked myself more than one time. But with a few years of experience, sometimes deep in some languages, I could make my own opinion on the question. Of course, it is based on my own experience but also from observations, as a direct participant but also a simple observer.

Ce que j’ai pu constater pour ma part, c’est que oui, il est possible de s’approprier les émotions d’une langue. Je pense qu’on ne nous rappelle pas assez qu’une langue est faite pour communiquer, et donc pour transmettre un message. L’émotion est une partie clé de la communication, qu’on le veuille ou non. Même si nos échanges ne sont pas toujours chargés d’émotions, sans elles les mots ne prennent pas forme, vie, surtout dans un échange amical, familial, sentimental, quel qu’il soit.

What I could note is that, on my part, yes, it is possible to express our emotions in a foreign language. I think that it is not told to us enough that a language is for communication, so to transmit a message. Emotion is a key part of communication. Even if our exchanges do not always go with emotions, without them words do not take their shape, especially in friendly, family or sentimental relation.

C’est un sujet que j’ai sûrement déjà évoqué et qui joue un rôle clé dans la signification d’une phrase: la différence entre sémantique et pragmatique. Si l’on prend des phrases telles qu’elles, elles ont un sens lié à leur composition. Mais lorsqu’elles sont mis dans un contexte et qu’elles sont dites d’une certaine façon, les phrases peuvent changer de sens voire le perdre ou prendre le sens opposé à la sémantique (donc au sens “initial” de la phrase). Ce que je veux dire par là, c’est que, sans s’en rendre compte, beaucoup de personnes qui pensent ne pas être capables d’exprimer les émotions d’une langue, ont cette capacité, même à un niveau de maîtrise intermédiaire. Il ne s’agit pas d’exprimer des émotions fortes (rage, extase, terreur, aversion, chagrin) mais simplement des émotions plus faibles (intérêt, acceptation, joie, ennui, appréhension), si l’on se réfère à la roue des émotions.

It is a subject that I have certainly already evoked and that plays a key role in the meaning of a sentence: the difference between semantics and pragmatics. If we take sentences as they are, they have a meaning linked to their composition. But when they are put in context and that they are conveyed in a certain way, the meaning of sentences can change, lose their meaning or even have a meaning opposite to the semantic meaning (so the initial meaning of the sentence). What I mean by this is that without realizing, a lot of people who think that they are not able to express emotions in a language are, even at an intermediary proficiency. It is not about expressing strong feelings (rage, ecstasy, terror, loathing, grief) but more about low emotions (interest, acceptance, joy, boredom, apprehension), if we refer to the wheel of emotions.

Image tirée de https://www.scriptol.fr/robotique/plutchik.php

La roue des émotions a été conceptualisée par Robert Plutchik, professeur et psychologue américain. C’est un bon support pour faire apparaître la complexité des émotions. On peut en effet constater qu’il y a plusieurs nuances d’émotions. Il y a 8 émotions de base qui s’opposent deux à deux. Si l’on se réfère à cette roue, l’objectif ultime serait de pouvoir exprimer ce qui est au sommet de la roue (ou au centre de la rose). Mais l’expression des émotions les moins fortes est accessible pour de nouveaux apprenants. En effet, ses émotions sont humaines et donc partagées par toutes et tous dans le monde. Cependant, leur expression à travers les mots n’est pas forcément évidente et c’est là qu’intervient la pratique à travers des exercices et des mises en situation réelle. Vous pouvez trouver leur traduction en anglais sur le lien sous l’image.

The wheel of emotions was conceptualized by Robert Plutchik, an American professor and psychologist. It is a good frame to make the complexity of emotions appear. It is notable that there a many shades of emotions. There are 8 basic emotions that oppose themselves two by two. If we refer to this wheel, the ultimate goal is to be able to express what is at the top of the wheel (or center of the rose). But the expression of weaker emotions is accessible to any new learner. Indeed, emotions are human and are therefore shared by everyone in the world. However, the expression through words is not so obvious and that is where practice comes, through exercices and real situation practice. You can find the translation in English on the link below the image.

L’art comme exercice de communication

Art as a communication exercise

L’expression d’émotions, ou en tout cas une tentative, peut être vue non seulement comme une fin mais surtout comme un moyen de maîtriser plus profondément une langue. Les différents arts sont un bon terrain de jeu pour cela et ils devraient, selon moi, être plus exploités, en particulier au début de l’apprentissage. Ils permettent de donner vie aux mots et par conséquent de rendre l’apprentissage plus concret, plus vivant. Le peu de fois où j’ai pu chanter, jouer (une pièce de théâtre) ou danser dans une langue étrangère, cela m’a permis de mieux comprendre la portée des mots, au-delà de leur signification propre. Il m’arrive d’être repris pour avoir dit un mot ou utilisé un adjectif un peu trop fort ou un peu trop faible pour qualifier quelque chose. C’est une faute fréquente et je pense que c’est tout à fait normal. Mais si nous avions plus d’opportunités de nous exercer, peut-être aurions-nous une meilleure prise sur la langue.

The expression of emotions, or at least an attempt, can be seen not only as an end but also as a mean to master a language more deeply. The different arts that exist are a good playground for that and they should be, in my opinion, more exploited, in particular at the beginning of the learning. The exercises makes one give life to the words and consequently make the learning more concrete, more lively. The few times that I could sing, play or dance in a foreign language, it allowed me to understand better the reach of words, beyond their intrinsic meaning. Sometimes, it happensthat Iamcorrected for having used the wrong word or adjective, for it being too strong or too weak to qualify something. It is a frequent mistake and I think it is normal. But if we had more opportunities to exercise ourselves, we wouldhavea better grip on the language.

J’en ai peut-être déjà parlé dans un précédent article mais l’exemple suivant en est un bon. Pendant un semestre d’études, j’ai eu un professeur d’espagnol qui travaillait également dans le monde du théâtre. Un des exercices qu’il nous a fait faire lors des séances de cours est la représentation, au milieu de la salle, d’extraits de pièces de théâtre. Cela nous paraissait un peu fastidieux mais, même avec peu de préparation, le jeu permettait vraiment de sortir de sa zone de confort et de s’exprimer clairement. Ces exercices étaient très efficaces et permettaient de mieux comprendre ce que voulait dire tel ou tel mot, telle ou telle phrase. Parfois, il arrivait même de constater qu’on avait mal compris certains mots pendant plusieurs mois ou années !

Maybe I already talked about in a previous article but the following is a good example. During a semester of study, I had a Spanish teacher who worked also in the world of theater. One of the exercises he made us do during classes were theater plays (of extracts), in the middle of the classroom. It seemed a little tedious but, even with little preparation, the play allowed us to come out of our comfort zone and express ourselves clearly. These exercises were very efficient and made us understand better what a word or a sentence really meant. Sometimes, it happened that we would realize we were misunderstanding some words for months or for years!

Photo by Fatih Kılıç on Unsplash

La pratique en situation réelle

Practicing in real situations

La pratique en situation réelle est bien sûr celle qui apporte le plus de résultat. Il ne s’agit pas juste d’observer mais de s’impliquer en faisant part de sa présence et en essayant de participer aux échanges. Le simple fait de transmettre des sentiments et des émotions est déjà un grand pas dans la communication. Etre transparent avec ceux-ci permet de mieux se faire comprendre.

Practicing in real situations is definitely the one that brings the most. It is not only about observing but about taking part by showing presence and trying to participate in the exchanges. The simple fact, in itself, of conveying feelings and emotions is already a big step in communication. Being transparent with the other makes you better understood.

C’est pour cette raison qu’accepter ses erreurs est fondamental. Il ne s’agit pas de faire des erreurs et se convaincre de bien parler la langue mais de reconnaître ses erreurs et les corriger autant que possible. Vous constaterez sûrement que les gens auront plus tendance à dire que vous maîtrisez incroyablement la langue et c’est certainement le ressenti que vous voulez autour de vous. Les échanges linguistiques et les tandems sont d’excellents rendez-vous mais ce ne sont pas les seuls !

It is for this reason that accepting mistakes is fundamental. It does not mean to make mistakes and convince yourself that you talk that language tremendously but to recognize your mistakes and correct them as much as possible. You will certainly note that people around you will be more keen to say that you communicate incredibly in the language. And it is certainly what you would like the others to feel. Language exchanges and tandems are excellent playgrounds but they are not the only ones!

Photo by Takeshi Morisato on Unsplash

Des lieux où vous allez fréquemment sont autant d’endroits qui vous permettent de pratiquer une langue, que ce soit dans votre propre pays (par exemple, je parle en italien avec le pizzaïolo du coin) ou dans un pays étranger. En effet, il y a tellement d’endroits où vous pouvez mettre en pratique les phrases simples: en allant à l’épicerie, en allant boire un café, en allant au restaurant, en commandant un repas à livrer, en allant à des fêtes, en assistant à des événements et en discutant avec les autres, en allant au musée (et en prenant un guide si possible), etc. Vous pourrez vous entraîner en partageant votre joie tout en disant Grazie mille ! (italien pour merci beaucoup) au serveur ou votre intérêt en disant Muy interesante ! (espagnol pour très intéressant). Pas d’excuse : il y a des oppotunités pour tous les goûts et pour toutes les situations. Il suffit juste de les multiplier et d’éviter à tout prix le sans contact humain (surtout à l’ère du numérique) !

Many places where you go frequently are as many places where you can practice a language, be it in your own country (for example, I talk in Italian to my pizzaiolo) or in a foreign country. Indeed, there are many places where you can put in practice simple sentences : by going to the shop for groceries, by having a cafe, by going to a restaurant, by ordering food for delivery, by going to parties, by attending events and chatting with the others, by going to the museum (and taking a guide if possible), etc. You can train by sharing your joy saying Grazie mille ! (Italian for thank you very much) or Muy interesante ! (Spanish for very interesting). There is no excuse : there are opportunities for all tastes and all situations. All that matters is to multiply them and avoid having no human contact (especially in our digital era).

Aller plus loin : la construction de relations d’amitié et le support des relations familiales

Going further : bonding with people and using family ties

Au-delà de la participation à des échanges, la formation de liens d’amitié avec des locuteurs de la langue cible – natifs si possible – et plus si affinités, est un élément clé dans le passage à un niveau excellent. C’est en échangeant beaucoup et dans des situations plus conviviales, voire plus intimes, que vous pourrez réussir à atteindre le summum : communiquer dans une langue sans penser (pas de traduction de la langue natale vers la langue cible, ni de construction des phrases dans la tête avant de les exposer). Cette dernière compétence semble inatteignable mais les moyens de l’achever sont accessibles.

Beyond participating to exchanges, bonding with native speakers is a key element in attaining an excellent level. It is by exchanging a lot and in more friendly situations, or even intimate situations, that you can succeed in reaching the top : communicating in a language without even thinking (no translating from your tongue to the target tongue, nor making sentences in your mind before exposing them). This last skill seems unattainable but the means to achieve it are accessible.

Photo by Jude Beck on Unsplash

Je pense qu’il est aussi bon de souligner l’apport de certaines relations familiales. Par le plus grand des hasards, vous avez peut-être dans votre famille des personnes parlant telle ou telle langue. Je ne parle pas ici que de langue natale mais aussi de secondes ou troisièmes langues parlées. Par exemple, si quelqu’un parle aisément espagnol – elle l’a appris à l’école, tout comme vous – dans votre famille mais que ce n’est pas votre cas, échanger avec elle pourrait être d’une aide précieuse !

I think that it also good to emphasize the contribution of family ties. By chance there might be someone who speaks this or that language. And I do not speak of mother tongues but of second or third spoken language. For example, if someone in your family speaks Spanish well – they learnt it at school, like you – but it is not your case, exchanging with them could be of precious help!

A bientôt pour le prochain article et bonne pratique !

See you soon for the next article ! And have a good time practicing!

Kévin

3 réponses sur « Exprimer ses émotions dans une langue étrangère / To express emotions in a foreign language »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s